Retouche pas à ma photo !

J’ai vu passer à plusieurs reprises l’idée qu’il ne fallait pas que les photographies utilisées sur Wikipédia soient « retouchées » et qu’il fallait absolument privilégier les photographies « naturelles », couplée avec l’idée qu’une photographie naturelle est « vraie » tandis qu’une photographie « retouchée » est « non-neutre », « trop travaillée », « artificielle ». Je pense que cette idée vient d’une méconnaissance profonde de ce qu’est la photographie et du double sens que prend le mot « retouche ».

Tout est point de vue

Il est absolument impossible de faire une photographie « neutre ». Prenez par exemple une photo du profil d’une personne : si son regard est tourné vers la droite[1], on aura l’impression qu’elle est « tournée vers l’avenir ». Cela vient du fait que, en Occident, on lise le texte de la gauche vers la droite. A l’inverse, un profil regardant à gauche sera tourné vers le passé. Sans compter l’espace vide laissé pour le regard : beaucoup, un « champ de possibilité » s’étend ; peu, « l’horizon est bouché ». On pourrait multiplier les exemples à l’infini (plongée ou contre-plongée, portrait serré, à l’Américaine…).

L’œil, un appareil photo (presque) comme un autre

L’œil humain a une certaine perception des couleurs et des angles : il n’est pas évident que ces « réglages » soient les meilleurs pour percevoir la réalité : les photographies en-dehors du spectre visible sont aussi une représentation de la réalité, qui nous est juste plus difficilement accessible.
L’œil humain est très bon (par rapport à un appareil photographique) dans un domaine : il s’adapte très bien à une faible luminosité. Je ne sais pas si c’est grâce à la persistance rétinienne, au travail du cerveau ou à ses propriétés optiques propres, mais il est très fréquent qu’un humain perçoive de manière confortable une scène et qu’un appareil photo ne prenne qu’une image très sombre : en augmenter la luminosité revient donc à se ramener à une perception humaine.

S’il y a en revanche une différence entre l’humain et l’appareil photo, c’est qu’un humain a deux yeux[2] alors qu’un appareil photo n’a qu’une entrée de lumière. Cela signifie, entre autres, que l’humain perçoit naturellement en 3D[3] alors que l’appareil-photo ne perçoit qu’en 2D. Il est donc nécessaire de donner l’information de profondeur par un autre moyen, à avoir la maîtrise de la profondeur de champ, avec le sujet net se dégageant d’un fond flou.

Hyper-réalité

Lorsqu’on prend un objet ou une œuvre en photo, cherchons-nous à transmettre à quoi ressemblait cet objet sous un éclairage donné, ou à quoi cet objet ressemblerait s’il était placé en « lumière naturelle », c’est-à-dire au soleil ?

Autre question : cherche-t-on à transmettre l’émotion, l’impression qu’un bâtiment donne quand on le contemple, c’est-à-dire en bougeant et en ayant une vision 3D, ou ce qu’il est possible de capter avec un appareil photo à un point donné ? Quand on enlève des arbres, falsifions-nous la réalité ou rendons-nous le bâtiment plus visible et donc plus facilement communicable ?

[1]Category:People facing right and looking right
[2]Ce blog atteint des niveaux de scientificité jamais égalés
[3]Sauf la moitié des auteurs de ce blog😉

Cette entrée a été publiée par Léna, le 15 janvier 2012 à 13:21, et est classée dans Commons, Photographie, Wikipédia. Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

7 réflexions sur “Retouche pas à ma photo !

  1. Sur l’adaptation à une faible luminosité, je vote « traitement du signal par le cerveau ». Sinon, je suis un peu gênée par la phrase : « il est très fréquent qu’un humain perçoive de manière confortable une scène et qu’un appareil photo ne prenne qu’une image très sombre », car tout dépend du temps d’exposition de l’appareil photo. Inversement il y a une notion de temps d’exposition de l’œil, mais qui n’est pas évidente : on peut par exemple s’entraîner à la vision de nuit. En fait l’œil humain et l’appareil photo n’ont à peu près aucun rapport !

    • Le , Léna a dit:

      Bien sûr, tout dépend du temps d’exposition de l’appareil photo. Mais il y a des moments où tu ne peux pas augmenter le temps d’exposition, car tu n’as pas de trépied/support stable bricolé à l’aide d’un banc d’église et d’une trousse ou parce que tu veux pouvoir “figer” le mouvement. Tout bêtement, il est très facile pour un être humain de suivre un match de rugby alors qu’il faut du matériel très haut de gamme pour pouvoir le téléviser lorsqu’il se déroule de nuit, même avec de gros projecteurs.

      Ce que je voulais dire, c’est que lorsqu’un appareil photo prend une photo sombre, et qu’on en augmente numériquement la luminosité, on se rapproche de quelque chose de plus “naturel”, à savoir la perception humaine. Mais la perception humaine a tendance à ne pas capter les différences de luminosité (par exemple, avoir l’illusion que les projecteurs éclairent plus en fin de rencontre, alors que c’est juste que l’oeil perçoit un plus gros contraste ciel/terrain et fait donc ressortir le terrain comme plus clair).

  2. Inversement, un appareil photo peut voir des choses que l’œil ne verra jamais. C’est évident en astronomie (où d’ailleurs l’appareil photo peut voir en couleurs alors que nous, non). En photo traditionnelle, Vincent Mugnier par exemple a pris des photos à très haute sensibilité, au crépuscule, d’animaux dont il percevait seulement le mouvement, avec mise au point un peu au pif.

    L’œil perçoit bel et bien les différences de luminosité, mais a une dynamique différente : au-delà de la dynamique du capteur, ni le papier photo, ni un écran ne peuvent rendre ce que voit l’œil, typiquement une impression d’éblouissement alors même qu’on voit correctement la scène.

  3. Le simple fait de choisir un cadrage approprié permet de « retoucher » la réalité. Ainsi, lorsque l’on tourne des émissions de télévision avec public, on fait se tasser le public en bas des gradins, et on prend ensuite garde à ne jamais cadrer en montrant les places vides plus haut. Ainsi, par un cadrage judicieux, on donne l’apparence d’un public nombreux « salle comble ».

  4. Pingback: De la neutralité pour les wikimédiens « Commonists

  5. Le , Jebulon a dit:

    Et sauf erreur, l’oeil humain voit les lignes droites, droites ! Même sur les côtés. Pas besoin de  »correction de perspective » , si l’on voit à quoi je fais allusion!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :