Mais pourquoi tant de photos ?

Photo par Léna, CC-by-3.0

Lors de la dernière rencontre de Wikimédiens de Toulouse, il nous a été demandé pourquoi nous mettions autant de photos en ligne des rencontres du Stade Toulousain auxquelles nous assistons et que nous commencions à « trop » remplir la catégorie dédiée à la saison 2011-2012 du club.

Le présupposé était que, à partir du moment où on dispose d’une dizaine de photos de chaque phase de jeu (plaquage, mêlée, maul, ruck, touche, pénalité/transformation/drop) et de chaque joueur, chaque nouvelle photo n’apportait pas grand chose et que l’on devrait à la limite, à chaque rencontre, se consacrer uniquement à la photographie de l’adversaire du jour (qu’on ne prend par définition par en photo toutes les semaines). Si je ne nie pas qu’il est très, très utile de prendre en photo des joueurs des clubs britanniques quand il y a un match de coupe d’Europe à Toulouse, notamment pour pouvoir enfin ajouter une photo aux articles, je trouve que de disposer, par exemple, de quarante-cinq photographies de Clément Poitrenaud est utile. D’abord, car plus on dispose de photos, plus on peut faire de choix éditoriaux, comme sélectionner les photographies de meilleure qualité, ou les plus représentatives du style du joueur ou d’une saison/période donnée. Ensuite, parce qu’il y a des photographies qui racontent une histoire plus riche que « joueur XX faisant action YY », comme par exemple celle qui illustre ce billet et qui pourrait très bien s’insérer sur des articles plus généralistes, notamment sur la professionnalisation et la médiatisation du rugby à XV.

Enfin et surtout, cette remarque sur le « trop de photos » est incomplète. Ce qui était pensé, c’est « trop de photos pour Wikipédia ». Or, Commons n’est pas uniquement la somme des photos pouvant illustrer les différentes versions linguistiques de Wikipédia. Il s’agit aussi et avant d’une médiathèque sous licence libre et donc par nature ouverte à tous les usages respectant la licence. Par définition, à part les cas évident de réutilisation, comme la reprise des photos de rugby par un site d’information en ligne, on ne peut pas savoir à quoi les photographies serviront et il est donc absurde de limiter par avance les futurs réutilisateurs. Sans compter qu’il est beaucoup plus rapide de ne mettre en ligne que les photographies que nous jugeons techniquement bonnes et intéressantes plutôt que, à chaque fois, se demander si leur utilité marginale pour Wikipédia dépasse un seuil donné…

Cette entrée a été publiée par Léna, le 11 janvier 2012 à 11:08, et est classée dans Commons, Photographie. Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :